Le petit Robert 2014 est prêt et tout comme l’ensemble de la langue française, il reflète le monde dans lequel nous vivons. C’est pourquoi de nouveaux mots y sont apparus. Nous ne nous attarderons pas sur « kéké », « chelou » ou autres expressions modernes qui intègrent maintenant à part entière la langue de molière mais nous allons plutôt nous pencher sur le mot « viralité » et en profiter pour faire le tour des plus grands phénomènes qui ont changé la face du marketing sur Internet.

Le mot viralité entre dans la langue française

Marketing viral sur Internet : les stars, les incompris et les trop vite oubliés

Une marque ou une entreprise peut utiliser le marketing viral afin de maximiser l’impact de son message en créant le « buzz » auprès d’un très grand nombre de personnes. Pour cela, Internet est l’outil idéal : on touche rapidement une audience importante et on facilite l’échange.

Commençons par un exemple de buzz raté : Poweo et le spot publicitaire de 2007 où Sébastien Chabal puise son énergie en insérant ses doigts dans une prise électrique. La vidéo a bien eu un impact viral mais totalement négatif. En effet, des milliers de spectateurs outrés se sont insurgés contre la marque en envoyant des messages, des courriers et des commentaires négatifs à la marque. Le buzz a pris mais dans le sens inverse de celui escompté. C’est seulement après avoir retiré ses vidéos du net et avoir présenté ses plus plates excuses que Poweo a été pardonné, et encore…

Passons maintenant aux trop vites oubliés. Certains s’essayent au marketing viral sur Internet mais cela ne décolle parfois jamais. Attention, si ce genre d’action ne ruine pas une réputation web, elle peut vous coûter cher pour une rentabilité quasi-nulle. Si vous n’êtes pas sûr de votre buzz, n’y allez pas et surtout avant d’entreprendre quoi que ce soit, vérifiez bien que ce que vous souhaitez faire va dans le sens de vos objectifs. On a pu récemment voir sur Internet un déchaînement de vidéos représentant des entreprises réalisant le Harlem Shake partout et à tout heure. Bien sûr, ce genre de marketing viral tend à rendre votre marque sympathique mais est-ce que cela en vaut véritablement l’investissement ? Et quel ROI allez-vous obtenir ? Pensez à Redbull et au saut de Félix Baumgartner depuis l’espace : combien de vente de canettes sont nécessaires pour que ce saut qui a nécessité le travail de 100 scientifiques pendant 7 ans soit enfin rentable pour la marque de boisson énergétique ?

Finissons par une bonne note avec l’exemple d’un buzz parfait si cela existe : la vraie beauté de Dove. En diffusant un spot montrant un mannequin se faire maquiller, coiffer, photographier, retoucher avant d’être enfin prête à figurer sur une affiche, Dove a fait très fort. Pourquoi cela marche ? Parce que c’est éthique, que cela prône le naturel et incite les cibles de Dove à se sentir mieux dans leur peau. Elles ont plus de facilité à s’identifier à la jeune fille naturelle du début qu’aux habituels modèles filiformes et retouchés et vont donc s’identifier à la marque. Cette vidéo a été vue plus de seize millions de fois sur Youtube (sans compter sur les autres plateformes vidéo). Et vous, allez-vous créer le buzz ?

Marketing sur Internet : quand le mot « viralité » rentre dans le dictionnaire
Noter cet article